mars 2017

Tic Tac

Merde, il ne reste vraiment pas de temps. Pas beaucoup en fait. 1 an déjà. On accumule beaucoup de retard. La procrastination dans son toute sa splendeur. J’espère que seul celui qui aura dépassé le temps pourra choisir le prochain thème. Non sérieux ! On devait accumuler douze nouvelles publications. On frôle le zéro de production. C’est la faute du temps. Ça vous contamine l’esprit. Le temps rendrait vieux et lent. C’est peut-être là où réside finalement le problème. On avait un film en vieille bobine super VHS en tête, mais bon qui a le temps de couper des bobines de pellicules au ciseau par les temps qui courent. Donc, oui avec au moins douze mois de retard (mais pourquoi c’est toujours moi le premier qui doit commencer ?) voici finalement sans aucune demande d’avance de fonds et avec la plus grande sincérité possible, une aventure rocambolesque sur le passage du temps et le jour où j’ai eu la certitude que chaque espace-temps pouvait se côtoyer, mais surtout que l’on peut parfois, si on est chanceux (car le temps n’a pas une minute à perdre avec nos niaiseries humaines), on peut oui trouver la brèche et revenir dans une autre zone temporelle qui, comme nous l’explique parfois les scientifiques fous d’un film de science-fiction, se côtoient comme plusieurs univers possibles de nous-mêmes, mais de l’ensemble des espaces qui nous entourent. Par contre, seul le voyageur entre les deux zones parallèles constatera qu’il a changé de zone. Comment ai-je eu la certitude de ce fait ? Je vois mes enfants que pique votre curiosité. J’ai eu cette certitude le jour où je suis revenu dans mon ancienne zone temporelle. Personne n’a rien vu et j’écris donc ce texte de retour dans l’espace-temps que j’aurais dû occuper depuis quelques mois déjà. Pour bien vous expliquer sans multiplier inutilement les explications, je vais baptiser ma véritable zone temporelle comme étant la zone A et l’ancienne, en fait celle que j’habitais depuis maintenant quelques mois, de zone B. Grand bien me fasse, je n’ai pas encore contaminé d’autre zone temporelle. En fait, je ne sais pas. Je ne sais pas encore si la zone A est la véritable zone que j’occupais avant ? Il va falloir que j’explore un peu. J’espère que ce changement temporel n’affectera pas trop la suite des choses. Dans la zone B, il m’était impossible de décrire la situation. Il me fallait une comparaison. Hier, j’ai enfin compris pourquoi les choses n’étaient pas en place depuis quelques mois. Je ne sais pas si des gens m’ont suivi dans la brèche temporelle que j’ai ouverte. Je pense que oui, car je ne les connaissais pas dans la zone temporelle A. Mais ils m’écrivent maintenant ? En fait, il m’écrivait dans le temps où j’étais à collectionner les désespoirs dans la zone B. Techniquement, s’ils existent dans la zone A et me connaissent encore ils ne peuvent qu’avoir franchi la ligne du temps avec moi. Il faut comprendre que nous n’avons pas de double lorsque l’on change de zone. On prend automatiquement la place qui nous revient, mais chaque zone poursuit sa propre logique. Je vous répète que seul le voyageur ou peut-être, je ne sais pas encore définitivement, ceux qui le suivent vont s’apercevoir du changement. Cela est très dangereux. Heureusement, il n’existe pas de machine. Seule une fracture temporelle que le hasard ouvre ici et là permet de se déplacer d’une zone à l’autre. La question demeure : suis-je vraiment de retour ? Seul le temps pourra me le dire.

La Palissade ( V partie)

– Non, j’ai rien vu.

– Quoi ?

– Donne les lunettes !

– Non !

– Donne les lunettes !

– Y a rien je te dis.

– Mais vas-tu me les donner ces lunettes ?

 

Un bruit métallique frappe au creux de la nuit. Puis, le mouvement des bottes militaires dans l’eau mélangée au gravier de la route de montagne.

 

– Voilà ! Je t’avais bien dit, passe-moi les lunettes. 

– OK

 

Il place les lunettes sur ses yeux, et au loin, après la mise au point du foyer, un homme apparait.

 

– Quand je te dis d’obéir.

 

Il lui reprend les lunettes.

 

– Fais pas de folies ! C’est pas des militaires, c’est des amoureux.

 

Dans la zone de clarté qu’offre maintenant la lune, la Mustang se dévoile. Le Chauffeur embarque. La pause toilette est terminée.

 

– Passe-moi ton fusil de chasse.         

– Non. Je te dis qu’ils sont avec nous.

 

Il s’empare du fusil et tire. Chérie prend 3 balles en plein dans le cœur…

 

– Eh câlisse ! lance le chauffeur avant de perdre la maîtrise du véhicule.

 

Les deux couples sont projetés dans toutes les directions alors que la voiture multiplie les tours sur elle-même.

 

Les deux gardes fuient la scène. Au loin se déploie une palissade.